+ services en département
 
Accès direct





 

L’enquête SUMER

| Publié le 10 mars 2017 | Dernière mise à jour le 23 juin 2017
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Le ministère du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle renouvelle l’enquête Sumer (Surveillance Médicale des Expositions des salariés aux Risques Professionnels) en 2016 et 2017.

Dans notre région, celle-ci aura lieu d’avril à juin 2017.

L’enquête est pilotée par la Dares (Direction de l’animation de la recherche et des études statistiques) et l’Inspection Médicale du Travail (Direction Générale du Travail), avec le soutien et la participation active d’un Comité Scientifique composé d’experts en épidémiologie et en santé au travail et d’un Comité de concertation regroupant les partenaires sociaux. Son objectif est de faire progresser la prévention des risques professionnels en améliorant la connaissance des facteurs ou des situations de travail (ambiances et contraintes physiques, contraintes organisationnelles et relationnelles, agents biologiques ou produits chimiques), susceptibles d’avoir des effets sur la santé des salariés. Elle rentre dans le cadre des missions dévolues aux SST (Services de Santé au travail) par le code du travail (Art.L4622-2).

Les résultats de l’enquête Sumer 2009-2010 ont fourni la matière à de nombreuses publications[1] (comportements hostiles, agents cancérogènes, risques psychosociaux, expositions par secteurs, etc.), parues pour la plupart dans la revue Références en santé au travail de l’INRS et accessibles sur le site du Ministère.

Ces résultats ont aussi été repris comme indicateurs de santé publique (plan national de santé publique, plan cancer, plan santé travail) et comme références pour les négociations sur la pénibilité. Cette reconnaissance découle notamment de la mobilisation en 2009/2010 de 2 400 médecins du travail. Près de 50 000 questionnaires ont été recueillis et ont permis, une fois les traitements statistiques effectués, d’avoir une représentation des expositions des 23 millions de salariés en France. Cette large participation des médecins du travail est nécessaire à la représentativité de l’enquête et donc à la fiabilité de ses résultats.

L’enquête Sumer 2016-2017 a obtenu du Cnis (Conseil National de l’Information Statistique) un avis d’opportunité fin 2014, et le label d’intérêt général et de qualité statistique en décembre 2015. Le renouvellement de cette vaste opération permettra d’une part d’élaborer une nouvelle cartographie des expositions et contraintes auxquelles sont exposées les salariés dans le cadre de leur travail, d’autre part d’en repérer les évolutions.

Pour les employeurs, les salariés, les CHSCT (Comités d’Hygiène de Sécurité et des Conditions de travail), les médecins du travail, les préventeurs et les partenaires sociaux, l’intérêt de cette enquête est de permettre une meilleure évaluation des risques par branche professionnelle afin de mieux cibler les actions de prévention à mettre en œuvre.

Si l’enquête repose sur le volontariat des médecins du travail, ces derniers ne peuvent concrètement y participer qu’avec la collaboration de l’ensemble du SST et en particulier avec la disponibilité de leur équipe pluridisciplinaire pour Sumer.

Les médecins et certains membres de leur équipe pluridisciplinaire susceptibles de participer à l’enquête sont invités à participer à une demi-journée de formation qui se tient le 9 à Caen et le 23 mars 2017 à Rouen, avant le début de l’enquête.

Formation à Caen le 9 mars 2017

Formation à Caen le 9 mars 2017
-- --

Légifrance | Mentions légales | Services Publics