Numéro pour les renseignements
en droit du travail

+ services en département
 


 
Accueil > Entreprise, emploi, économie > Emploi > Le PACTE normand d’investissement dans les compétences 2019-2022

Le PACTE normand d’investissement dans les compétences 2019-2022

| Publié le 19 juillet 2019 | Dernière mise à jour le 3 octobre 2019
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Une opportunité pour la Normandie

Pour la Normandie, l’emploi et la formation sont une priorité.

Sur le volet de l’emploi, la Région agit tout particulièrement en accompagnant les entreprises. Ainsi, l’Agence de développement spécialement créée a accordé depuis 2016 des subventions ou prêts à près de 850 entreprises, pour un montant de quelque 61 millions d’euros. Dans le même temps, 500 entreprises et quelques 15 000 emplois ont été sauvés grâce au dispositif d’aide ARME. Ces résultats permettent à la Région Normandie d’afficher des résultats au-dessus des moyennes nationales. En effet, entre 2017 et 2018, les créations d’entreprises ont augmenté de 21,4% en Normandie, contre 17,1% au niveau national et les défaillances d’entreprises ont diminué de 4,3% dans notre région alors qu’elles ont augmenté d’1,7% en France. Enfin, en 2019, les projets de recrutement dans les entreprises normandes sont en augmentation de 21% contre 14,8% dans le reste du pays

Pour accompagner ces projets, notre politique s’est notamment traduite par la mise en place d’une nouvelle offre de formation, établie à partir des besoins identifiés tout au long d’un processus de concertation conduit dès 2017 auprès des forces vives de l’économie régionale. Ce travail a permis une évolution de la carte des formations initiales, un renouvellement de l’offre de formations à destination des demandeurs d’emploi, ainsi que des mesures en faveur de l’orientation de tous les publics. Pour renforcer le lien avec les territoires, la Région et L’État ont également structuré une animation territoriale emploi-formation permettant d’adapter en permanence les réponses apportées aux entreprises et aux demandeurs d’emploi.
Le Pacte normand d’investissement dans les compétences, par les ambitions qu’il porte et les moyens dont il est doté, s’inscrit dans la continuité de ce travail. Impliquant tous les acteurs de la formation et de l’emploi, il est une opportunité de poursuivre et d’amplifier l’existant et d’expérimenter de nouvelles approches. Il contribuera à la montée en compétence des Normands par des achats de formation supplémentaires, et à la transformation durable de notre système de formation continue.
Pour ce faire, le Pacte prévoit que la Région puisse mobiliser 337 millions d’euros au titre du Plan national d’Investissement dans les Compétences entre 2019 et 2022. Ajoutés au budget régional annuel de 127 millions d’euros, ce sont au total 843,8 millions mis en œuvre par la Région Normandie sur 4 ans pour proposer 128 000 places de formation, contribuer à la montée en qualification des Normands et répondre aux besoins de recrutement sur les territoires.

En Normandie, un véritable enjeu de qualification
Représentant 5% de la population française (7ème région Française) et dotée d’un tissu économique agro-industriel affirmé (23 % des salariés normands travaillent dans le secteur de l’industrie), la Normandie se caractérise par :
–– un faible niveau de qualification de la population active,
–– un nombre de jeunes diplômés insuffisant,
–– un taux de chômage plus élevé que la moyenne nationale (5ème région de France).
Cette situation conduit la Région à donner un nouvel élan à sa politique de formation professionnelle et d’emploi.

Le pacte Normand
Signé le 21 mars 2019 par Hervé MORIN, Président de la Région Normandie, Fabienne BUCCIO, Préfète de la région, et Jean-Marie MARX, Haut- commissaire aux Compétences et à l’Inclusion par l’Emploi, Le Pacte normand a été élaboré en étroite collaboration avec les acteurs régionaux de l’emploi et de la formation.
Le PACTE a pour ambition l’édification d’une « société de compétences » et cherche l’adéquation permanente entre les compétences disponibles et les besoins de l’économie.
Il définit un cap de transformation, feuille de route stratégique pour les quatre années à venir sur le champ de la formation des personnes en recherche d’emploi. Ce cap est décliné en une trentaine d’actions.
Sur la base des constats issus du diagnostic et de la concertation avec l’ensemble des acteurs de l’emploi et de la formation, le
Pacte fixe comme objectif prioritaire la montée en compétences des normands en recherche d’emploi, en lien avec les besoins de l’économie du territoire. Une attention particulière est portée sur les publics les plus éloignés de l’emploi, cible prioritaire du Plan d’Investissement dans les Compétences (les demandeurs d’emploi de niveau IV et infra, les seniors, les jeunes, les parents isolés, …) avec une idée forte : assurer aux personnes en recherche d’emploi un parcours d’insertion professionnelle fluide et sans rupture.

Pour répondre à cet objectif prioritaire, 6 enjeux sont identifiés :

ENJEU 1 Analyser en continu les besoins de l’économie pour faire évoluer l’offre de formation
ENJEU 2 Proposer une offre de formation qualifiante adaptée et impliquant les entreprises
ENJEU 3 Repérer et amener les publics à la formation en proposant de nouvelles approches
ENJEU 4 Adapter l’offre de formation pour que les bénéficiaires du PIC acquièrent un socle de compétences
ENJEU 5 Proposer des parcours intégrés et sans rupture adaptés aux publics cible du PIC
ENJEU 6 Moderniser les contenus et les modes de mises en œuvre de la formation et de l’accompagnement pendant les parcours

PACTE NORMAND :UNE AMBITION POUR LA FORMATION ET L’EMPLOI

MIEUX IDENTIFIER LES BESOINS EMPLOI-FORMATION DES PUBLICS ET DES TERRITOIRES
POURQUOI ?
Dans une logique d’anticipation et d’accompagnement des mutations économiques, l’analyse des besoins d’emploi et de formation doit pouvoir s’appuyer sur une connaissance affinée des compétences attendues par les entreprises et de celles détenues, ou à acquérir par les personnes en recherche d’emploi. Ces données sont à partager entre l’ensemble des acteurs intervenant dans le champ de l’emploi et de la formation.
COMMENT ?
–– En structurant un dialogue régulier au niveau régional
–– En développant des outils communs et partagés par l’ensemble des acteurs
–– En communiquant sur les données emploi-formation

SUSCITER ET ENCOURAGER L’ENVIE DE SE FORMER
POURQUOI ?
Dans un contexte où l’activité économique normande est en recherche de main d’oeuvre importante et continue, les actions de formations ne trouvent pas toujours leur public. D’un côté, certaines personnes en recherche d’emploi privilégient l’emploi souvent précaire à des formations certifiantes et longues. D’un autre côté, les publics les plus en difficulté ont parfois rompu tout lien avec les institutions sociales et/ou le service public de l’emploi et, de ce fait, n’ont pas accès à l’information. Ces situations sont d’autant plus marquantes pour les publics ciblés par le PIC (QPV, seniors, jeunes, …).
Remobiliser ces publics pour qu’ils puissent s’engager dans un parcours d’insertion durable suppose de développer de nouvelles approches en matière d’information, d’appropriation et d’implication dans la formation.
COMMENT ?
–– En mobilisant de nouveaux canaux d’information et de contact avec les publics
–– En expérimentant de nouvelles approches privilégiant la démarche d’ « aller vers … »
–– En impulsant de nouveaux partenariats territoriaux au service de la mobilisation des publics

QUALIFIER ET MIEUX ACCOMPAGNER PENDANT LE PARCOURS
POURQUOI ?
Une partie des personnes qui engagent un parcours de formation ne le mène pas à son terme. Ces abandons sont dus à des difficultés d’ordre matériel (dépenses courantes pendant la formation, mobilité, etc.), pédagogique (modalités d’organisation, calendrier et déroulement des formations, etc.), ou personnel (difficultés d’apprentissage, mauvais choix d’orientation, etc.). Par ailleurs, la poursuite d’un parcours d’insertion peut parfois être interrompu lors des phases « intermédiaires » : durée trop longue de ces périodes et prérequis d’entrée dans une nouvelle étape parfois perçus comme « inatteignables » sont les principaux freins rencontrés par les personnes.
Favoriser les parcours sans rupture implique donc de prendre en compte les réalités vécues par le public en formation pour lever les freins identifiés.
COMMENT ?
–– En travaillant sur les conditions matérielles des personnes inscrites en formation
–– En expérimentant de nouvelles approches pédagogiques
–– En renforçant les passerelles/articulations entre les dispositifs de formation

INTENSIFIER LE LIEN FORMATION-EMPLOI
POURQUOI ?
A l’issue d’une formation, le retour à l’emploi est plus efficace quand les entreprises sont impliquées, surtout lorsqu’elles interviennent dans l’ensemble du processus : définition des besoins, identification des compétences attendues, articulation des temps de formation et des temps de pratique en entreprise et reconnaissance des compétences acquises.
Dans une économie en pleine mutation, l’offre de formation doit être définie en fonction des besoins des entreprises et accessible aux demandeurs d’emploi du territoire. Elle doit s’appuyer sur de nouvelles approches pédagogiques qui doivent faire des périodes en entreprise un tremplin vers l’emploi.
COMMENT ?
–– En faisant évoluer les contenus et les modalités des périodes en entreprise inscrites dans un parcours de formation
–– En intensifiant la relation entre les organismes de formation et le monde économique
–– En favorisant le rapprochement entre les publics et les entreprises du territoire

RECONNAÎTRE ET CAPITALISER LES COMPÉTENCES
POURQUOI ?
Certains employeurs ne trouvent pas les compétences dont ils ont besoin. Par ailleurs, les personnes en recherche d’emploi sont souvent dotées de compétences et de savoir-faire qu’elles peinent à s’approprier ou à faire reconnaître. Ce constat est d’autant plus vrai pour les métiers nouveaux et/ou en pleine mutation.
Sur chaque territoire, le PACTE doit permettre d’approfondir l’interconnaissance entre les entreprises, les organismes et les personnes en recherche d’emploi favorisant la reconnaissance et la mobilisation des compétences et des savoir-faire.
COMMENT ?
–– En accompagnant la reconnaissance des compétences acquises par les publics
–– En rendant visible ces compétences
–– En favorisant le recrutement « par la compétence »

VERS UNE NOUVELLE ORGANISATION DE LA FORMATION
POURQUOI ?
Une partie des crédits du PIC vise une modernisation du système de formation qui nécessite de mener un ensemble d’expérimentations, dont les bonnes pratiques serviront l’évolution des dispositifs et des modes de formation déployés.
A ce titre, l’accompagnement au changement doit être pensé tout au long du PACTE et concerner l’ensemble des acteurs de la formation pour réussir les objectifs d’évolution visés par le cap de transformation du Pacte régional.
Les évolutions attendues entraîneront de fait une mutation du système qui aura un impact sur les modalités d’achat et de financement de la formation, les pratiques pédagogiques ou encore le suivi administratif des personnes en cours et à l’issue de formation. La Région accompagne les organismes de formation dans ces transformations
COMMENT ?
–– En expérimentant de nouvelles pratiques organisationnelles et pédagogiques
–– En modernisant les outils et les procédures administratives en adéquation avec cette nouvelle organisation
–– En accompagnant les acteurs dans la conduite du changement

En savoir plus :

Pour suivre les actualités du Pacte, vous pouvez vous inscrire sur la plateforme dédiée via :hub.cariforefnormandie.fr
VOUS Y TROUVEREZ DES DOCUMENTS ET LIENS UTILES AINSI QUE DES INFORMATIONS
SUR LES GROUPES DE TRAVAIL EN COURS.
VOTRE CONTACT mission.pric@normandie.fr

Documents à télécharger :

--

Légifrance | Mentions légales | Services Publics