Service de renseignements en droit du travail :

 

 
+ services en département
 



 
Accueil > Travail et relations sociales > Santé et sécurité au travail > Canicule : la Seine-Maritime et l’Eure sont placés en vigilance (...)

Canicule : la Seine-Maritime et l’Eure sont placés en vigilance ROUGE

| Publié le 7 août 2020 | Dernière mise à jour le 9 janvier 2021
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Les départements de l’Eure et de la Seine-Maritime sont placés en vigilance ROUGE pour un épisode caniculaire durable, rendu particulièrement problématique en raison du contexte sanitaire et de la dégradation de la qualité de l’air

Météo-France a placé les départements de l’Eure et de la Seine-Maritime en vigilance ROUGE pour un épisode de canicule en cours et qui perdurera plusieurs jours.
Elle s’accompagne d’une vigilance JAUNE, ce qui signifie qu’en après-midi, soirée et nuit suivante des orages ponctuellement forts voire violents sont prévus : ceux-ci pourront s’accompagner localement de grêle, de fortes pluies, de violentes bourrasques ainsi que de nombreuses décharges de foudre.

Ce mardi, malgré une évolution localement orageuse sur une grande partie du pays, les fortes chaleurs se maintiennent. Les températures maximales fluctueront un peu en raison de la couverture nuageuse et du risque orageux, mais elles resteront globalement du même ordre que la veille, souvent comprises entre 34 et 37 degrés. Les températures pour la nuit suivante seront elles aussi sans grand changement, toujours très chaudes.

Selon Météo-France, cet épisode caniculaire est durable. Il devrait se prolonger jusqu’à mercredi inclus.

Une baisse significative des températures est prévue par l’ouest du pays mercredi et jeudi. Vendredi, on ne parlera plus de canicule en France.

Cet épisode est caractérisé par des nuits très chaudes.

Cette vague de chaleur devrait se situer parmi les 5 plus sévères connues par la France ces dernières décennies, derrière les canicules historiques de 2003 et 2006.

Consulter la carte vigilance météorologique (Météo France)

 

La vigilance météorologique est conçue pour informer la population et les pouvoirs publics en cas de phénomènes météorologiques dangereux en métropole. Elle vise à attirer l’attention de tous sur les dangers potentiels d’une situation météorologique et à faire connaître les précautions pour se protéger.

Au niveau rouge, une vigilance absolue s’impose. Des phénomènes dangereux d’intensité exceptionnelle sont prévus. Tenez-vous régulièrement au courant de l’évolution de la situation et respectez impérativement les consignes de sécurité émises par les pouvoirs publics.

Découvrez les conséquences possibles et les conseils de comportement relatifs à la vigilance rouge sur le site de Météo-France

 


- Les différents niveaux du Plan national Canicule se réfère aux quatre couleurs de la vigilance météorologique (vert, jaune, orange, rouge).

Le niveau 4 - mobilisation maximale - correspond ainsi à la carte de vigilance rouge.

Compte-tenu des prévisions de Météo-France, les préfets de la Seine-Maritime et de l’Eure ont déclenché le niveau 4 « mobilisation maximale » du plan départemental de gestion de la canicule.

 

Téléchargez :

- le plan 2020 de gestion de canicule départemental « PGCD » en Seine-Maritime ;

- le plan 2020 de gestion d’une canicule dans le département de l’Eure

 

Consignes destinées aux employeurs lorsqu’un département passe en vigilance rouge

Compte tenu du caractère exceptionnel de ce phénomène, des mesures de gestion spécifiques sont à appliquer par les employeurs :

Il appartient à tout employeur, au titre de son obligation de sécurité, de procéder en phase de vigilance rouge à une réévaluation quotidienne des risques d’exposition pour chacun de ses salariés en fonction de la température et de son évolution en cours de journée, de la nature des travaux devant être effectués, notamment en plein air et comportant une charge physique, et de l’état de santé des travailleurs.

En fonction de cette réévaluation des risques :

  • Les mesures d’aménagement de la charge de travail, des horaires et plus généralement de l’organisation du travail doivent être prises pour garantir la santé et la sécurité des travailleurs pendant toute la durée de la période de vigilance rouge. De même, la liste des salariés bénéficiant du télétravail doit être réexaminée, en prêtant une attention particulière aux femmes enceintes, aux personnes souffrant de pathologies chroniques ou en situation de handicap, etc. Il appartient également aux employeurs de s’assurer de l’effectivité des mesures prises pour garantir l’alimentation en eau fraîche, plus particulièrement sur les chantiers de BTP et les chantiers forestiers ;
  • Si l’évaluation fait apparaître que les mesures prises sont insuffisantes, notamment pour les travaux accomplis à une température très élevée et comportant une charge physique importante – par exemple, les travaux d’isolation en toiture ou de couverture, la manutention répétée de charges lourdes - l’employeur doit alors décider de l’arrêt des travaux.

Indemnisation ou récupération des heures perdues pour cause de canicule

Les dispositifs de récupération des heures perdues et d’indemnisation ci-dessous peuvent être mobilisés.

- Récupération des heures non travaillées  : En cas d’activation du niveau 3 ou 4, les dispositions de l’article L.3121-50 du Code du travail relatives à la récupération des heures de travail collectivement perdues pour cause d’intempéries peuvent être appliquées.

A défaut d’accord collectif fixant les modalités pratiques de la récupération, les heures ne peuvent être récupérées que dans les 12 mois précédant ou suivant leur perte. Elles ne peuvent pas être réparties uniformément sur toute l’année, ni augmenter la durée du travail de l’établissement de plus d’une heure par jour ni de plus de huit heures par semaine (articles R.3121-34 et R.3121-35 du Code du travail).

- Recours au dispositif d’activité partielle (pour le BTP, voir ci-dessous) : En cas de canicule du niveau 3 ou 4 ou d’arrêté préfectoral ordonnant une suspension d’activité en lien avec la canicule, une indemnisation peut être sollicitée par toute entreprise ayant dû interrompre le travail au titre du dispositif « activité partielle » (article R.5122-1 du Code du travail).

L’entreprise s’adresse au service « activité partielle » de la Direccte.

Le bénéfice du dispositif d’activité partielle n’est pas cumulable avec le recours à la récupération des heures travaillées.

En savoir plus : site du ministère du travail

 
  • Dispositif spécifique pour les entreprises du bâtiment et des travaux publics  : En cas de canicule de niveau 3 ou 4 ou d’arrêté préfectoral ordonnant une suspension d’activité en lien avec la canicule, les entreprises du BTP s’adressent prioritairement à la caisse régionale de congés intempéries du BTP (article L.5424-8 du Code du travail).
    En savoir plus : Site de la CIBTP

Les trois dispositifs évoqués ci-dessus ne sont pas cumulables.

 

Pour aller plus loin, consultez notre page consacrée aux mesures que doivent appliquer les employeurs en cas de fortes chaleurs et de canicule dans un contexte de COVID-19

 

 

--

Légifrance | Mentions légales | Services Publics